Histoire de Gabès

Des vestige remontant à l’âge de pierre témoignent de façon irréfutable de l’occupation du sol dans la région de Gabès bien avant le Vème siècle avant Jésus-christ, l’histoire avait beaucoup parlé du « Lac Triton » qui n’était autre que le golfe de Gabès.


Après avoir longtemps fait partie du monde Carthaginois, l’antique Tacapès semble avoir été annexée au royaume de Numidie vers 162 avant J.C par le roi Massinissa – son territoire s’etendait jusqu’à la « fossa regia » qui marquait la limite entre le royaume de Carthage et celui de Numidie.

On pense que l’ancien village de Tacapès se situait sur la colline appelée aujourd’hui la Médina et au IIIème siècle après J.C, elle fut promue au grade de colonie. Cette accession à ce nouveau statut juridique reflétait l’ampleur de sa romanisation et la part qu’elle prenait à la vie active de la colonie et la part quelle prenait à la vie économique, sociale et culturelle. Tacapés était un centre d’admission pour toute la région du sud-est. Cette station mettait, par ailleurs les citoyens de Gabès tout à fait au même rang que les citoyens de Rome.

Déjà bien avant la période romaine Tacapés jouait un rôle économique et social important, situation qu’elle devait non seulement aux avantages naturels mais sur tout à l’ingéniosité de sa population et a l’esprit d’initiative dans tous les secteurs.

Au Vème siècle après J-C, lui consacre un très beau texte pour peindre l’oasis aux cultures étagées : cultures maraîchères, arabes fruitiers comme l’olive et la vigne, le tout dominé par la générosité et la grandeur du palmier.

Gabès fut conquise par les musulmans entre les années 645 et 660 après J-C. Elle dépendait du pouvoir central du Kairouan. Ce fut une période de stabilité et de prospérité. Sous la dynastie Aghlabiste elle occupa une place de choix parmi les villes du pays, immédiatement après Kairouan, et ce grâce au développement urbain, ses productions agricoles et artisanales et ses exportations vers l’orient et l’occident.

Durant la dynastie Sanhajite (972 à 1097) Gabes atteignit l’apogée de la prospérité, particulièrement sous le régime de Moez Ibn Badis. La stabilité dura jusqu’en 444 de l’Hégire, date à la quelle avec l’arrivée des Beni Hilal, la ville connut des convulsions, des destructions et des saccages des plus déplorables. Il aura fallu l’intervention de Tamim Ibn Moez, souverain de Mahdia pour la libérer.

En 1097, le pouvoir échut aux Beni-Jamâa qui proclamèrent leur autonomie par rapport à la souveraineté de Mahdia. Ils construisirent, des édifices importants tels le palais des deux Jeunes Mariés. A la cour, ils firent bon accueil aux hommes de lettres : poètes et écrivains.

La ville passa ensuite d’une dynastie à une autre tour à tour, elle dépendit des Mowahidines (1160-1228) puis connut le règne de BENI MEKKI (1228-1349) période pendant la quelle le pouvoir se balança entre BENI MEKKI et BENI HAFS.

La ville retrouva une certaine stabilité sous le règne des Hafsides (1394-1535) mais ne recouvras pas sa prospérité d'avant sa faiblesse ce qui a fait d'elle la victime des convoitises espagnoles, turques et françaises. C'était avec l'arrivée du protectorat en 1881 connue l'ensemble du pays Gabès bénéficia des bienfaits de l'indépendance et la proclamation de la république.

Contactez-nous
Merci de renseigner l'ensemble des champs du formulaire
(* champs obligatoires) afin qu'un de nos conseillers vous appelle dans les plus brefs délais.

15, Rue des Combattants 6000 Gabès

+216 21 420 126

contact@tacapeshuiles.com